Valls sort affaibli du vote de confiance.

Manuel Valls a donc perdu son pari, car avec 33 abstentions le niveau tolérable de défiance au sein du PS est  dépassé et ceci malgré, on pourrait dire comme d'habitude, un discours plein de volontarisme,  Manuel Valls n'a pas réussi à convaincre ses "amis" au sein du Parti Socialiste.

Ce vote de confiance est un désaveu magistral au chef du gouvernement par la gauche du PS et de ses alliés, car il n'a pas su imposer sa volonté après avoir utilisé un jour le bâton, un jour la carotte pour les amadouer,...Les frondeurs sont restés défiants, sans toutefois faire chuter ce gouvernement car bien sûr ils tiennent à leur siège de député et ne veulent surtout pas se retrouver face aux électeurs. Et puis maintenant, nos « frondeurs » n’ont –ils pas un chef potentiel avec Martine Aubry qui sort de son silence petit à petit pour montrer qu’une « autre politique » de gauche est possible ?

 

Mr Valls a reproché à l'opposition de demander la dissolution ou la démission du Président de la République au nom des institutions...C'est totalement infondé. Une élection générale à ce stade du quinquennat pourrait être en fait assimilée à un licenciement économique collectif du gouvernement et de ses soutiens. Ce serait en fait épargner à notre pays les frais d'une crise économique et politique qui existent déjà depuis de longs mois et qui pourraient durer 2 années supplémentaires. De plus avec une majorité si courte et 33 frondeurs prêts à en découdre, le gouvernement va devoir faire face dans les semaines qui viennent à une guérilla permanente qui va l'affaiblir inexorablement et ceci particulièrement sur le vote du  budget. Car ne l'oublions pas, la France en dépit des hausses d'impôts massives n'a pas su maitriser ces dépenses publiques tandis que le fameux pacte de responsabilité dont on nous vante les mérites depuis 9 mois n'a toujours pas été mis en application.

 

D'autre part Mr Valls a souhaité durant son discours une confrontation démocratique avec celui qu'il présente en sous-entendu comme le futur leader de l'opposition, Nicolas Sarkozy. Il le souhaite parce qu'il sait, et c'est habile, que l'aversion de la gauche pour Mr Sarkozy est entière. Alors Mr Valls essaie tant bien mal de fédérer ses troupes autour d'une haine commune. C'est un peu juste pour faire une politique pour notre pays. Mais c’est aussi son aveu d’impuissance face à une incapacité devenue évidente d’imposer son autorité car Mr Valls finalement ne dispose que de peu de soutien au sein du Parti Socialiste pour soutenir sa politique, n’oublions pas son score aux primaires du PS qui fut très bas. Mr Valls a de l’énergie mais c’est  un général sans troupes…..

 

Alors Mr Valls, une fois de plus, part dans de belles envolées lyriques, avec un air très volontaire, pensant probablement que le verbe haut a valeur de vérité. Il pense que de cette façon il va créer la confiance dans le monde du travail....C'est un peu court et pas très efficace car cette confiance ne peut revenir qu'avec du concret et des actions qui aient du sens pour les Français. D’ailleurs en relâchant la bride sur certaines dépenses pour amadouer sa « gauche » il démontre à quel point il est pris en tenaille entre son propre parti, l’opposition et surtout maintenant les Français qui le jugent de plus en plus sévèrement au regard des sondages de ces derniers jours.

 

Il appelle à la responsabilité de l'opposition, comme si l'opposition était responsable des bévues et décisions de ce gouvernement, agitant le mouchoir rouge du danger du Front National mais l'opposition existe pour montrer les contradictions de cette majorité et surtout indiquer une autre voie possible, une alternative à ce qui nous proposé depuis 2 ans.Pense-t-il  que la droite ne souhaite pas voir notre pays se sortir de la crise? Simplement la gauche montre un tel visage d'amateurisme, de chaos, d'irresponsabilité que les sondages montrent  que le seul duel ou Marine Le Pen gagnerait une élection présidentielle serait face à Mr Hollande. Elle perdrait contre tous les autres candidats de droite sans exceptions.

 

Mr Valls nous répète que seul la politique qu'il mène est possible, et là c'est très grave car nous ne voyons même pas l'ombre d'un léger mieux pour les mois à venir. La gauche s'en prend à Madame Merkel, à l'euro fort, à l'opposition ...mais elle est incapable ou n'accepte pas le constat évident de son échec, alors Mr Valls veut rester jusqu'au bout, parce qu’il respecte les institutions. C'est une illusion les institutions n'ont pas écrit dans le marbre qu'un gouvernement se fourvoyant devait rester au pouvoir sans consulter les français pendant toute une législature.

 

Mr Hollande, lui, ressemble un peu à Louis XVI vers la fin de son règne, il semble être dans son univers préparant une de ses boites à outils, et lorsque son conseiller lui signale que la France gronde, il s'enferme dans sa rigidité aveugle ne voyant pas la révolte au coin de la rue. Alors il blâme tous ceux qui ne le comprennent pas et qui ose remettre en questions ses compétences.

Et c'est de cela qu'il 'agit, de ses compétences, ou plutôt de son incompétence qui devient de plus en plus flagrante jour après jour, et son fidèle Premier Ministre a beau s'escrimer à nous convaincre qu'il fait bien les choses, nous restons coi devant tant d'arrogance, tant de naïveté.

Alors Mr Valls sort affaibli de ce vote de confiance car ses adversaires ont pu se compter et vont certainement essayer de se fédérer en une sorte d’opposition interne au sein de la Gauche pour remettre en cause toutes les décisions même positives pour user le Premier Ministre, peut être en espérant voir Martine Aubry prendre sa place ?

Il est affaibli parce que nous voyons bien nous citoyens qu’il ne va pas pouvoir gérer le pays efficacement…Aubry va faire une déclaration le mois prochain, Montebourg va rentrer de vacances et n’en doutons pas celui qui traite Mr Hollande de « menteur » à tour d’écris va se faire un plaisir de rentrer dans la mêlée…Et puis Hamon, et Mélenchon et c’est sans fin !!

S’imaginer que la confrontation avec Nicolas Sarkozy sera tout bénéfice est aussi un peu vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Beaucoup de français qui ne l’aime pas souhaitent son retour car maintenant ils disposent d’une comparaison quantifiable et ils peuvent constater que Mr Hollande et son équipe sont totalement décalés avec la réalité du quotidien des Français. Sarkozy était « blingbling », médiatiquement surexposer mais il gouvernait et ça les Français le voient, ce pays n’est pas gouverner, ni même gérer correctement.

 

Mr Valls est affaibli et nous allons voir ces prochaines semaines que le débat sur le budget qui a déjà été repoussé plusieurs fois sonnera le commencement de la fin de ce quinquennat qui aura bien de la chance d’arriver à son terme.

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy