les socialistes,les verts,les elus et le barrage de sivens

Le triste feuilleton du barrage de Sivens.

 

Au-delà de la rhétorique politique et des règlements de compte entre « les verts » et le Parti Socialiste, il y a toujours plusieurs questions fondamentales auxquelles personne ne semble vouloir répondre ou tout au moins en discuter :

 

Des élus ont-ils le droit à l’erreur, et si oui pourquoi ne sont-ils pas capables de l’admettre ?

Est-il honteux ou déraisonnable d’arrêter un projet lorsque celui-ci ne répond plus ou pas aux besoins de la majorité d'une population ?

Est-ce que le fait d’arrêter un projet lorsque l’on sait de façon évidente qu’il est trop cher ou mal géré, « l’état de droit » apparait comme étant bafoué ?

 

etc la liste de questions n'est pas exhaustive.....

 

Car en lisant les informations maintenant disponibles sur ce fameux barrage, il est clair que ce projet n’a pas été gérer de façon professionnelle ou sérieuse. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont des experts qui ont bien indiqué que ce barrage était surdimensionné ne correspondant pas aux besoins réels  de cette région.

 

D’autre part en lisant le déroulement de l’avancée de ce projet, le Préfet de région aurait déclaré que celui-ci était « exemplaire ». Comment peut-il être « exemplaire » si des experts décrètent ,après coup ce qui est déjà tout de même étonnant,que celui-ci ne répond pas aux besoins de la population locale ? Ce préfet aurait-il parlé trop vite ?

 

Il est choquant en dehors des violences graves et  inutiles, de la rhétorique politicienne, de constater que ces élus sous prétexte qu’ils sont élus et qu’ils ont voté un projet à la quasi-unanimité, refusent d’admettre que ce barrage n’est pas nécessaire dans sa conception actuelle, qu’ils se sont trompés  car visiblement ils n’ont pas tous lu les rapports d’experts, que l’état sous prétexte de respect du vote des élus doit encourager la construction d’une retenue d’eau qui est inadéquatement construite et coute beaucoup trop cher.

Surtout notons que les opposants ont plusieurs fois fait état du côté déraisonnable de la construction de ce barrage et que le conseil général sur de son fait n’a pas pris le soin d’écouter des avis contradictoires qui auraient pu permettre un consensus salutaire.

 Il apparait selon les informations publiques et disponibles qu’en dehors de la vingtaine d’agriculteurs bénéficiant de ce plan d’eau de nombreux autres agriculteurs de la région sont contre ce projet mais nous ne  les entendons jamais sur les médias….

Madame Royal pourrait annoncer l’arrêt des travaux, en réaction la FNSEA menace de venir avec des centaines de tracteurs pour forcer l’achèvement de celui-ci,  ne parlons pas des groupes de casseurs dangereusement bien organiser face aux forces de l’ordre qui franchement ont un comportement exemplaire de retenue face aux jets d’acides et autres projectiles en tout genre.

 

Par conséquent, si tout simplement, ravalant leurs égos, les conseillers généraux reconnaissaient qu’effectivement ce projet est surdimensionné, qu’il ne correspond plus aux besoins de la région ? Le fait d’être un élu ne veut pas dire que rien ne peut être remis en question surtout quand il est avéré qu’une erreur de jugement  couteuse a été commise.

 

Ce serait tout à leur honneur d’accepter de tout remettre en question. Au lieu comme nous le lisons aujourd’hui de les voir se cacher derrière le rôle de l’état et le ministre de l’environnement. Ils se sont trompés, s’ils avaient accepté de reconnaitre en amont leurs erreurs de jugements nous n’en serions pas là. C’est aussi cela la démocratie pas uniquement assumer que l’on a forcément raison parce qu’un vote démocratique a soi-disant eu lieu sachant que le consensus n’existe pas, le projet ayant été bâclé….

Nos élus ou qu’ils soient devraient être plus humbles, plus à l’écoute de l’intérêt général et faire preuve de plus d’indépendance vis-à-vis des intérêts  d’organisation professionnelle ne cherchant que des bénéfices à caractère catégoriel.

Personne n’ira remettre en cause nos « institutions » en acceptant de revoir certains projets qui furent ou seront votées par des assemblées d’élus. Un peu plus de transparence, de respect des électeurs, de démocratie directe éviteraient probablement ce genre de tristes évènements ou une fois de plus il faut bien le dire, nos élus apparaissent comme étant de grands amateurs, travaillant plus pour des intérêts particuliers que l’intérêt des plus nombreux.

Non les élus n’ont pas la science infuse, ils peuvent se permettre d’être plus humbles. Se tromper, le reconnaitre n’est pas une entorse à la démocratie, ni un affaiblissement de l’état. Au contraire, accepter l’erreur et la corriger est un acte de grandeur démocratique. Et que l’on arrête de nous faire croire que la démocratie est bafouée parce qu’un projet mal géré est remis en question.

 

Elles ont beaux dos nos institutions pour excuser l’amateurisme ou l’incompétence.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy