les députés refusent de justifier leurs frais professionnels.

Nos députés décidément ne manque pas de culot. Une nouvelle fois, ils viennent de se voter un blanc-seing pour ne pas avoir leurs frais professionnels contrôler. Car au cas, et c’est probable, ou vous ne le sauriez pas, aucun contrôle n'est exercé sur la nature et l'ampleur des dépenses des députés, et on ne parle pas de petites sommes.

 

« Les 577 députés reçoivent 6412 euros au titre de l'IRFM (Indemnité représentative de frais de mandat). Une somme qui doit permettre aux élus "de faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l'Assemblée" » ,en bon français ce sont de notes de frais, ce qui est tout à fait logique, d’avoir des notes de frais.

 

Par contre ce qui n’est pas logique et tout bonnement honteux c’est de ne pas avoir à justifier de ces dépenses. N’importe qui dans le privé sait qu’il faut un justificatif de frais professionnel, et que toutes dépenses abusives ou non justifiées sont considérées comme des fautes graves passibles de licenciement.

 

Et bien nos représentants eux ont tous les droits et comme du temps de l‘affaire des fausses factures d’Urba au début des années « 90 »ou la majorité socialiste de l’époque s’était voté « sa propre amnistie », aujourd’hui nos députés veulent pouvoir dépenser sans avoir à se justifier.

 

Et pour parfaire le tout voici l’argumentaire du groupe socialiste pour voter contre un amendement déposé par un député centriste,pour exiger plus de transparence dans les dépenses :

 

« Le groupe socialiste, majoritaire à l'Assemblée, a voté contre sa proposition qualifié d'"opportuniste" et de "populiste" »

 

Vous lisez bien, « opportuniste » et « populiste » .On marche sur la tête !  Dans ce cas, que ces Messieurs votent la même chose pour tous ceux en France qui doivent justifier de leurs dépenses professionnelles au centime près sous peine de tomber sous les fourches caudines du fisc.

Mais n’apprendront-ils jamais ? Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Au moment où ce gouvernement fait des coupes sombres dans les budgets d’aide aux familles, augmentent les impôts à tout va, parlent de revoir l’assurance chômage, ces braves gens refusent de rendre des comptes devant les citoyens parce que c’est « populiste et opportuniste » !

 

Mais que pouvons-nous dire ou faire face à un tel cynisme ? Cherchent-ils absolument à voir le Front National gagnant aux prochaines élections présidentielles ?

N’ont –ils donc aucune retenue, aucune décence ? Se croient-ils au-dessus des lois du commun des mortels ?

 

Quand le Président il n’y pas si longtemps donnait des leçons de morale à la majorité précédente et même à la sienne, on aurait pu penser que peut-être, enfin, cet homme allait faire preuve de courage, s’affirmer, montrer son autorité…et bien non ,à plat ventre il est notre Président, cette nomenklatura à la française perpétue ses privilèges, dédaigneuse, sure de son pouvoir, se cachant derrière la vertu de la démocratie et de la loi…d’une loi bonne à appliquer aux autres mais surtout pas à eux-mêmes.

 

Et que dire du silence assourdissant de ceux qui se doivent de protéger les salariés mais aussi de dénoncer les abus d’une classe de plus en plus dirigeante mais qui ne dirige plus rien du tout ? Que disent ou font ces syndicats qui devraient être un contrepoids face aux abus de pouvoir de ces députés, tous donneurs de leçons mais ne s’appliquant jamais les mêmes potions amères de bonnes gestion et d’honnêteté ?

 

Et pourquoi ces mêmes syndicats si prompts à vouloir descendre dans la rue n’appellent –ils pas les français tous bords confondus à manifester devant l’Assemblée Nationale pour exiger la fin des passe-droits ? Auraient-ils, eux aussi intérêt à se taire de peur de devoir révéler certains privilèges dont ils bénéficieraient ?

 

Ces députés, syndicalistes, ministres, Président de groupe politique, viennent sur les chaines de radio, plateaux de TV, internet, twitter, Facebook, la main sur le cœur clamer leur sens du service public, et que voyons- nous tous les jours un peu plus à travers ce genre de vote ? Et bien qu’ils se foutent de nous comme de leur première chemise. Leur arrogance et leurs discours hypocrites trompent de moins en moins les français et le résultat nous l’avons un peu plus à chaque élection qui passe. La France devient une République Bananière , se drapant dans la fausse dignité d’un pseudo état de droits ou tous les dérapages sont de plus en plus permis. Mr Hollande ne vaut pas mieux, comme tous ses amis. Nous n’avons que faire de ses incantations, beaux tissus de mensonges. La droite ne vaut pas mieux. Pas un pour rattraper l’autre. Ils demandent aux français de leur faire confiance, de faire attention au danger du FN et ils font tout ce qui est nécessaire pour lui donner les clefs du pouvoir.

 

Il faut être dans ce pays un démocrate profondément convaincu et sincère pour ne pas voter FN, il faut de la foi et de la résistance et même de nos jours une véritable abnégation, car tous ces hommes et femmes du Parti Socialiste, de l’UMP et autres formations politiques nous y poussent tous les jours un peu plus.

 

Comment voulez-vous que l’extrême droite n’obtienne le pouvoir face à une telle incurie de ceux qui dirigent notre pays depuis 1981 ? Madame Le Pen n’a même plus de besoin de discourir, l’Assemblée Nationale lui ouvre un boulevard de plus en plus grand chaque semaine qui passe.

 

Ce vote sur les frais professionnels pourrait paraitre anecdotique, et bien non, car il montre une fois de plus de quoi souffre ce pays, de ce mal français insidieux ou tous se réclamant du service public se permettent tous les excès.

Nos députés se gavent sans vergogne…. Ce vote en donne la preuve une fois de plus.

 

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy