Le roman d'un apprenti yogi
Le roman d'un apprenti yogi

Absolu et Relatif reunis: les conditions du succès

 

 

Tous ces changements dans ma vie, la plupart du temps très positifs n'étaient pas dû au hasard. Tout ce que j'entreprenais ou souhaitais réaliser trouvait son origine dans ma quête spirituelle, dans mon désir profond de réalisation intérieure. Pour cela je pratiquais la Méditation Transcendantale depuis 1976 et le vol yoguique depuis 1980. Maharishi Mahesh Yogi qui avait fait connaitre et enseigner la MT à travers le monde grâce aux Beatles principalement au tout début des années 1960 avait aussi dévoilé une ancienne technique yoguique d’aide à la réalisation du Soi. Celle-ci pouvant apparaitre comme étant un peu ésotérique à bon nombre d'entre nous, une explication est certainement nécessaire pour en comprendre le principe.

Tout d'abord l'efficacité d'une technique doit être vérifiable par son expérience directe. Elle doit être testée au quotidien. Celle qui m'aida considérablement au cours de ma vie consistait à utiliser des "yagyas".

Qu'est-ce qu'un Yagya ? « Un Yagya, est un terme sanskrit qui désigne le rituel védique majeur destiné à honorer les dévas par des louanges et des oblations. »

Ce rituel est pratiqué par des Pandits. Ces Pandits sont en quelque sorte des moines vivant en Inde qui se sont transmis de génération en génération depuis des millénaires cette tradition orale védique. Au cours de l’histoire cette tradition fut plus ou moins perdue ou mal utilisée.

Maharishi Mahesh Yogi réintégra dans son enseignement l’utilisation de ces Yagyas.

Pour être en mesure d’utiliser un Yagya il est nécessaire de consulter un Jyotishi, c’est-à-dire un Pandit astrologue versé dans la science de la connaissance des planètes. Ce Pandit doit être dans un état de réalisation du Soi lui permettant d’avoir une perception cosmique de votre thème astrologique. Être un Jyotishi c’est être capable de lire votre charte astrologique mais aussi d’en connaitre intuitivement les forces et les faiblesses à partir d’un niveau de conscience supérieur. De ce niveau de conscience illimitée il sera capable de vous recommander un Yagya.

Ce rituel consistera par la pratique de célébrations védiques pratiqués durant des rituels de plusieurs heures. Leurs objectifs étant de limiter les effets négatifs de votre karma à venir. Par ces offrandes spirituelles vous serez capables de prévenir le danger avant qu’il ne présente à votre porte. Ces offrandes sont faites aux dévas, qui sont les dieux régissant les lois de la Nature. Pratiquement si durant une de vos vies antérieures votre comportement a été négatif, les lois de la Nature étant ce qu’elles sont, vous pouvez vous attendre à un retour karmique négatif. Dépendant du sérieux de la négativité de vos actions passées, l’ardoise à régler dans cette vie sera proportionnellement ajustée. Pareillement pour vos actions positives. Ça s’appelle le karma ou la loi d’action et réaction.

Pour atténuer les effets négatifs de vos actions passées vous pouvez demander à un Pandit de réaliser un Yagya. Ceci ne remplace pas la méditation qui est le moteur principal de votre réalisation intérieure. Le Yagya est une technique complémentaire, un outil s’ajoutant à votre chemin de vie.

 

Découvrant au début des années 1990 cette nouvelle connaissance, je décidais de m’y intéresser de plus près. Je prenais rendez-vous avec un Jyotishi pour une lecture astrologique des années à venir. Il me donnait quelques informations sur ce qui de potentiellement désagréable pourrait arriver dans vie les mois ou années à venir. Je le mettais un peu à l’épreuve lui posant des questions sur mon passé. A mon grand étonnement il me disait des choses assez pertinentes. Tout n’était pas juste ce qui est logique, l’astrologie donne des tendances, une direction, pas forcément des informations au détail près. Pour une première expérience de ma part dans un domaine ou mon ignorance était quasiment totale, je constatais que ce Pandit réalisait plutôt un bon travail. La lecture faite de mon thème astrologique, énonçant les difficultés à venir, il me conseillait donc quelques Yagyas pour limiter l’intensité des problèmes à venir ou accentuer la positivité des tendances à venir.

Je commandais ces Yagyas auprès des Pandits, une date et une heure étaient fixées, prenant en considération le décalage horaire, les rituels étant réalisés en Inde dans un ashram. J’en commandais plusieurs qui seraient réalisés sur plusieurs jours. A la date fixée j’étais curieux de savoir si j’allais ressentir quelque chose de particulier.

Mon but était de prévenir toute épreuve à venir, mais aussi de débloquer une situation professionnelle particulière à laquelle j’étais confrontée depuis plusieurs mois que je ne parvenais pas à résoudre. Le résultat après la performance de ce Yagya avait valeur de test dans mon esprit.

Le Yagya fut fait. J’avais bien ressenti durant mes méditations une transcendance particulièrement forte, mais cela étant très subjectif, je n’étais pas disposé à laisser mon jugement se laisser influencer par une pratique de la méditation plus profonde que d’ordinaire. Je voulais du concret dans ma vie matérielle.

Environ une semaine après le Yagya, tout se débloquait et ce que j’avais eu tant de mal à réaliser professionnellement se concrétisait. Etant un caractère un peu méfiant, ne voulant laisser aucune place au hasard, je commandai d’autres Yagyas pour débloquer d’autres situations dans ma vie familiale ou professionnelle. 

De façon générale, 80% des Yagyas réalisés pour moi ces 25 dernières années produisirent les effets escomptés. Ils me facilitèrent grandement la vie. De plus ma vie spirituelle s’en trouva enrichie, renforcée. Durant ces rituels je ressentais à chaque fois une grande communion avec la loi Naturelle, un bien-être très profond qui durait de longues semaines. Lorsque les effets s’estompaient, il en restait toujours un petit quelque chose, une ouverture de conscience plus importante, une sérénité plus forte.

Entre 1990 et 1999 j’utilisais cette technique de façon quasiment mensuelle. Dès que je sentais une forte résistance dans ma vie, un problème majeur, je demandais un Yagya. L’expérience me montra aussi d’être vigilant sur la façon dont parfois les résultats étaient obtenus. Par exemple lorsque je souhaitais débloquer une situation professionnelle, mon esprit projetait une certaine idée de la façon dont les évènements pourraient se dérouler. La Nature pouvait en décider autrement. J’aboutissait au même résultat mais par des chemins inattendus qui pouvait secouer sérieusement mes croyances, mes certitudes. Je comprenais que le Yagya n’était pas simplement une sorte de magie blanche pour réaliser mes désirs, mais une technique extrêmement subtile pour me faire évoluer. Ma conscience individuelle s’élargissait, s’ouvrait à de nouvelles possibilités. La réalisation des désirs n’en était que la surface visible, la véritable valeur de cette pratique résidait dans sa puissance à faire sauter les barrières retardant mon évolution spirituelle en provocant parfois des changements importants aussi qu’inattendus.

Il m’est arrivé lorsqu’une situation devenait véritablement très stressante et compliquée de commander des Yagyas plus intenses. Il existe différents niveaux de Yagyas. Par exemple si plus de Pandits participait au rituel demandé les résultats étaient souvent proportionnel au nombre de participant. Le Jyotishi pouvait recommander des rituels plus longs face à une situation à venir qui pouvait sembler très difficile. Bien sûr le choix était laissé au candidat. Tout cela aussi n’était pas gratuit. Plus le nombre de Pandits était élevé pour la cérémonie, plus le prix était élevé, tout en sachant que cet argent contribuait au financement des écoles de Pandit en Inde

Lors d’une de ces périodes de vie particulièrement difficile après de multiples tentatives et ne voyant pas de solutions qualifiées rationnelles je décidais d’utiliser un Yagya particulièrement puissant. En fait j’en commandais plusieurs à la fois pour m’assurer d’un résultat. Le Yagya dura environ 3 semaines avec de petites interruptions. Durant cette période, ma vie se trouva pris dans une forme de tourbillon d’énergie mélangée de grande sérénité. C’était un sentiment très curieux. Tout était bouleversé autour de moi. Ma vie familiale, professionnelle volait en éclat avec une énorme intensité. La Nature semblait vouloir m’indiquer qu’il était temps de passer à une vitesse supérieure en m’invitant à prendre des décisions que je repoussais depuis un certain temps de façon plus ou moins inconsciente.

Tout d’abord avec mon épouse, nos relations s’étaient fortement détériorées. Moi-même étant de plus en plus impliqué dans mon cheminement spirituel je sortais de moins en moins dans des lieux d’amusements classiques. Je le faisais uniquement dans un cadre professionnel et de moins en moins avec mon épouse. Plutôt que de faire la bringue je préférais rester tranquille dans notre maison. Mon épouse qui ne méditait pas avait de plus en plus de mal à comprendre mon comportement, ce qui était tout à fait compréhensible. Elle devenait de plus en plus distante. Par la force des choses une séparation se dessinait lentement à l’horizon. Nos relations devenant très tendues, et moi-même n’arrivant pas à trancher dans le vif, car ayant vécu un premier divorce, je ressentais une véritable crainte de repasser par cette épreuve. Il y avait les enfants dont je m’occupais beaucoup et malgré tout j’étais toujours amoureux de mon épouse même si c’était moins intense.

Je commandais un Yagya pour clarifier tout ça.

En quelques semaines toute la situation devint claire dans ma conscience. Je comprenais qu’il fallait prendre les problèmes à bras le corps pour pouvoir aller de l’avant. Pendant la durée du Yagya comme dans un jeu de de lego, les choses se mettaient en place. Le divorce ne me faisait plus peur, j’en voyais la nécessité malgré toutes tensions qui s’ensuivraient, mon épouse ressentait la même chose. Tout se déroula harmonieusement. Nous prenions un avocat commun qui ficela le dossier, nous nous étions mis d’accord sur les conditions, et jusqu’à ce jour 16 années après nos relations sont restées amicales. Mes enfants et moi sommes restés très proches jusqu’à ce jour.

Après cette séparation, je devais quitter les Etats-Unis pour reconstruire ma vie professionnelle et personnelle. Je n’avais plus d’emploi, il fallait trouver une nouvelle façon de gagner ma vie.

Les voies du Seigneur sont effectivement impénétrables. Commencer à s’élancer sur une voie spirituelle implique nécessairement de grands changements. Les concepts ou croyances forgées au cours de décennies de bourrage de crâne volent en éclats rapidement. C’est un bouleversement permanent qui amène la conscience à s’ouvrir de plus en plus pour se libérer de l’emprise des illusions du monde matériel. Cela ne veut pas dire que la matière n’existe pas. Cela signifie que la matière doit être comprise à sa juste valeur. Sans conscience spirituelle, le monde relatif est un univers stressant, étouffant.  Nous créons de fausses valeurs, de fausses croyances par ignorance. Ne connaissant pas notre propre Soi, ne connaissant pas la véritable constitution de l’univers, nous passons à côté de notre vérité propre. Dans ce refus de l’acceptation de notre vérité spirituelle nous générons des vies de souffrance et d’incompréhension. Méditer veut dire découvrir notre réalité intérieure non pas pour la coupée de la vie matérielle. Au contraire, cet éveil spirituel par la pratique de la méditation transcendantale va aligner notre vie spirituelle et relative sur une même trajectoire se soutenant l’un et l’autre en créant une harmonie parfaite. Cette unité va annihiler toute idée de souffrance. L’ignorance source de tous nos déboires disparait petit à petit pour faire place à une conscience rayonnante. C’est le royaume des cieux qui s’ouvre sur Terre. Méditer c’est créé une véritable intimité avec le divin.

Bien sûr nous pouvons parler très longuement des bienfaits sur notre santé physique ou mentale d’une pratique assidue et suivie de la méditation. Nous pouvons décrire et expliquer pendant des jours et des jours combien la méditation ouvre notre conscience et de ce fait nous ouvre à mieux comprendre les autres ou mieux accepter ce que nous sommes et combien nous voyons avec plus de lucidité le monde qui nous entoure. Tout ceci est très positif et ne serait-ce que pour ces raisons nous devrions tous pratiquer la méditation pour tout simplement être mieux « dans notre peau » et profiter de la vie comme étant véritablement un domaine de toutes possibilités. Ne pas méditer, quelque part c’est se couper de son être profond, c’est accepter de vivre partiellement, comme un intérimaire du bonheur.

Au-delà de cette aspect pratique et très palpable des bienfaits de pratiquer la méditation, il y a quelque chose de beaucoup plus fondamentale qui s’éveille en chacun de nous, petit à petit avec une infinie douceur et une certitude absolue de l’existence d’une vérité .Celle-ci n’est ni magique, ni extraordinaire, mais c’est simplement une réalité d’un vécu intérieur prouvant qu’une relation intime existe entre notre Soi et cette incroyable découverte devenue certitude que non seulement Dieu existe mais qu’il est aussi notre ami , notre confident. La méditation (transcendantale) au-delà de ses bienfaits nous ouvre la porte de cette relation privilégiée avec le divin. Nous pouvons alors ressentir son amitié, sa force, son omniprésence, son omniscience, son amour indéfectible pour ce que nous sommes. Nous intégrons avec une certitude que oui, nous avons été créés à son image, non pas de façon virtuelle, mais réellement, vraiment !

La méditation nous permet d’ouvrir le dialogue avec Lui. Nous pouvons discuter, refuser, accepter, nous pouvons tout lui raconter. Et il nous écoute et nous répond. Oui cela peut paraitre bien étrange, et pourtant, c’est une réalité. Cette expérience très claire s’accentue avec le temps. Nous avançons alors main dans la main avec cette immense liberté intérieure ou toutes peurs et angoisses ont disparues. Une confiance infinie est intégrée pour toujours. Parfois, bien sûr sur le chemin s’éclaircissant dans cette nouvelle relation, un petit doute peut venir se glisser…cela n’a pas beaucoup d’importance car nous avons réveillé notre Soi dans son intimité avec le divin qui, entre nous, n’avait jamais disparue, elle était seulement endormie….

Dès lors nous pouvons affirmer que cette intimité retrouvée rend la Foi caduque. Oui car le mot « foi » sous-entend un doute, la foi c’est une croyance…. (Il est vrai qu’il est peut-être plus sûr d’avoir la foi que pas du tout mais c’est un autre débat)

Il y a eu ceux qui « croient » et ceux qui ne « croient pas ». La méditation met tout le monde d’accord car l’expérience directe de la Conscience efface tous les doutes, toutes les théories du mental qui cherchent à démontrer l’existence de Dieu ou sa non-existence. L’ouverture du Soi, concrètement, méthodiquement, par la science de la conscience expérimentée systématiquement nous permet de devenir un intime de Dieu. Il n’existe plus de retenue. Une simple croyance s’est transformée en une réalité du quotidien. Le cœur devient le réceptacle de cette réalité indestructible, l’esprit lui, apprend à vivre son indépendance, sa non-identification au monde de la matière Nous comprenons dans cette intimité avec le Divin que nous pouvons dans notre cœur et notre esprit englober la vie dans tous ses aspects. L’illimité de notre Conscience devient notre quotidien.

Donc Dieu devient notre ami au quotidien. Il nous prend par la main, nous guide, nous laissant toujours le libre arbitre, car grâce à lui notre pouvoir de discrimination se développe et nous permet d’éviter erreurs et obstacles dans notre parcours de vie.

Et dans cette relation de confiance, il y a cette vérité qui éclate naturellement à la surface de notre Conscience. Nous comprenons qu’effectivement même si tout ce qui nous entoure semble changer, toujours, tout le temps, il n’y a jamais de fin. La conscience est véritablement illimitée, infinie et éternelle sous-jacente à tous ces changements. Nous sommes alors capables de percevoir distinctement la structure profonde des mécanismes de la conscience. Disons-le simplement, la mort de façon générale, n’existe pas. Ce concept de la mort qui est pour certains une croyance ou une peur n’a plus de raison d’être. L’éternité devient une réalité concrète et permanente, ici et maintenant (pour ceux qui pensent le contraire c’est plus embêtant car malgré eux ils ont aussi le droit à cette éternité. Il faudra simplement peut être un peu plus de temps pour l’intégrer)

La méditation va entretenir cette relation intérieure avec Dieu, et va tout simplement permettre à notre Soi de vivre une béatitude sereine, d’être totalement maitre de sa propre destinée à l’instant présent. La méditation (transcendantale) permet cela. La méditation ouvre ce canal, ce flot ininterrompu de libération intérieure.

Précisons que cela n’a rien à voir avec une quelconque révélation, illumination ou conversion. Cet échange intérieur est véritablement un état permanent de bien être structuré en dehors de tout schéma émotionnel. Par la pratique de la méditation, la conscience s’éveille à elle-même, à sa propre image qui est un miroir de la source de cette création.

Comprenons ici, aujourd’hui, que rien ne nous empêche de vivre pleinement notre relation avec Dieu, non pas dans une relation de quémandeur, d’âme coupable mais bel et bien d’égal à égal, dans une relation de maitre à disciple ou nous acceptons son enseignement de vie pour nous libérer de tant d’années d’errements.

 

Voyez-vous, finalement il suffit de peu de choses, une simple impulsion, une petite envie de vivre mieux dans ce monde si changeant, et puis avec patience, méthodiquement, cette lumière va poindre… Si un jour vous sentez ou voyez cette opportunité d’apprendre à méditer, ne la laissez pas passer. La Vie parfois nous offre des cadeaux que nous ne savons pas saisir. C’est dommage, très dommage de passer à côté.

Les Yagyas permettent d’amplifier l’intégration de cette intimité avec le Divin.

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy