Le retour de N.Sarkozy?ce n'est pas un chèque en blanc

 

 

Alors ça y est, ça se précise, Nicolas Sarkozy va annoncer son retour en fin de semaine.

 

On peut déjà faire une prédiction. Aussitôt son retour officialisé les adhésions à l’UMP vont exploser. Le « Peuple de Droite » attend le retour de son leader naturel.

Cela ne diminue en rien la valeur de ses rivaux, mais Nicolas Sarkozy a cette énergie et le don de savoir entrainer dans son sillage les foules  comme tout  aussi bien cette capacité à polariser toutes les détestations possibles. Au moins les clivages avec lui sont dénués de nuances et ont l’avantage d’être clairs.

François Hollande dans son désarroi, comme toute la Gauche, espère ce retour car il pense que les médias vont se détourner de ses errements pour se consacrer à la l’UMP et sa nécessaire réorganisation.

C’est partiellement vrai. Mais  la France en a tellement assez de ce gouvernement qu’il est possible que rien ne détourne les Français de leur volonté de se débarrasser au plus vite de celui-ci.

Nicolas Sarkozy revient certainement plus tôt qu’il ne l’aurait souhaité mais finalement les 2 derniers mois ont montré à quel point ce quinquennat est en mauvais état. Il est clair que les Français veulent entendre et voir une alternative forte au Président actuel.

Maintenant si Mr Sarkozy revient pour nous vendre la même chose que durant sa campagne de 2012 ça ne marchera pas. Même ses plus fervents supporters veulent entendre autre chose que des slogans et incantations en tout genre. Lui qui proclame le pouvoir de l’action et son gout de l’action il va falloir nous démontrer que son retour permettra à notre pays de se relever, qu’il saura prendre le risque politique réel de faire des réformes nécessaires pour casser les verrous qui empêchent l’économie et les mentalités d’évoluer.

Il faudra que cette République exemplaire qu’on nous promet depuis des lustres voie le jour pour de bon. Que les politiciens en tout genre fassent leur mea-culpa et montrent l’exemple aux citoyens de ce pays.

Il faudra que Nicolas Sarkozy fasse preuve de créativité, trouvant des solutions courageuses, audacieuses, pour entrainer le pays dans une phase de reconstruction morale. Sans motivation, sans espoir, la prospérité ne reviendra pas. L’économie ne peut fonctionner que sur des fondements établis sur la confiance et le désir de progrès.Si les propositions de Mr Sarkozy sont les mêmes rengaines que nous entendons depuis 30 ans, alors oui la porte sera grande ouverte au Front National qui apparaitra comme le seul parti proposant des solutions nouvelles.

Il devra faire évoluer le fameux modèle social Français vers la modernité, vers une plus grande adaptabilité à la mondialisation. Il devra innover et intégrer dans sa politique tous et toutes qui sauront dépasser leurs intérêts particuliers. Il devra rénover et avoir le courage de débarrasser notre « modèle social » de tout ce qui le mine, réglementation excessive, rigidité, archaïsme etc… En transcendant les recettes surannées et en innovant avec détermination et créativité  il  pourra alors espérer voir la confiance et donc la croissance s’instaurer de façon durable dans ce pays.

Aussi il ne faudra pas s’imaginer que, par je ne sais quel miracle, la France aurait  soudainement basculé à « droite ». Non, un vote massif pour un candidat de droite sera surtout un vote de sanction contre l’incompétence et l’amateurisme de la Gauche française. Il faut le dire et le répéter une démission ou une dissolution ne seraient en aucun cas une remise en question de la légitimité du suffrage universel ou le début d’une crise politique majeure, mais au contraire une juste sanction de l’incompétence de mauvais « salariés » ayant échoués dans leur mission, et la résolution d’une crise politique qui existe déjà plusieurs semaines.

Nicolas Sarkozy a le talent et la volonté de pouvoir changer les choses dans notre pays. Il s’agit probablement d’accepter que presque tout doit être vu sous un angle apaisé et différent. Dans un moment ou le pays est dans une immense crise de confiance, il doit refuser le statu quo et prendre les risques nécessaires d’impopularité pour changer structurellement la façon de faire de la politique et de gérer le pays. Le respect de la diversité dans l’unité doit conduire le prochain Président à gouverner sans se préoccuper des lignes partisanes.

Son retour doit être quelque chose de différent et créatif. Il a eu l’expérience de 5 années au pouvoir, de la victoire et de la défaite. Pour espérer être le prochain Président il va falloir nous vendre quelque chose de plus grand que des chiffres de  croissance ou de déficit. Il doit savoir qu’il a déçu beaucoup d’espoirs de Français sincères qui étaient prêts à droite comme à gauche à le soutenir dans sa quête en 2007. Certes la crise est venue, mais là n’est pas une excuse. Faire de la politique ce n’est peut-être aussi pas uniquement sauver des sièges de députés ou sénateurs, mais aussi prendre la responsabilité de gouverner au-delà des intérêts partisans ?

Ces 2 prochaines années peuvent amener de grands rebondissements dans l’arène politique. Le Président pourrait dissoudre l’assemblée si des résultats probants ne sont pas au rendez-vous. Il pourrait démissionner dignement si l’échec est encore plus patent, simplement par respect pour les électeurs et aussi par simple dignité face à l’échec. Alors la Droite devra faire preuve d’humilité et de créativité.Les français veulent une gouvernance différence et porteuse d'espoir.Ils sont prêts pour cet objectif.La gauche par son échec les a finalement préparé à explorer de nouvelles voies.

 

Si Nicolas Sarkozy est plébiscité par d’abord les militants et ensuite par la Nation toute entière il n’aura pas le droit de décevoir les Français. Sinon, et ce sera inéluctable, nos concitoyens se tourneront vers la droite extrême. On ne pourra pas les en blâmer.

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy