Le Présent n'existe pas

 

Le Présent n’existe pas.
Il n’existe pas car accepter cette notion de temps c’est déjà vouloir imposer une limite à l’expansion de la conscience. Dire vivre l’instant présent n’a pas de fondement réel en termes de science de la conscience, c’est à dire dans la réalisation de la conscience qui est éternelle, omnisciente, omnipotente.
Vivre dans l’instant présent sous en entend que l’on est totalement « présent » à une situation éphémère. On essaie d’être plus attentif, plus conscient en quelque sorte. Pourtant ce n’est pas de conscience dont on parle ici mais du mental qui souhaite être un peu moins identifié au jeu du relatif dans l’espoir de s’en libérer. Pour certains un moment de grâce est possible, pour d’autres c’est la poursuite permanente d’un présent qui n’existe pas.
Etre dans l’instant présent, slogan de notre époque, ne prend pas en considération que ce fameux présent est un jeu de théâtre anarchique qui a perdu la valeur de son sous-jacent qui est le domaine de la conscience illimitée. Il est fondamental de comprendre le jeu qui existe entre l’absolu et le relatif. L’un ne peut aller sans l’autre. Cette relation infiniment délicate et subtile régit toute la découverte de la structure parfaite et ordonnée de la création. Parce que le présent n’existe pas vouloir l’attraper dans l’instant c’est chercher à attraper un moment, une situation qui n’a pas de réalité. Sauf si l’on entend que le « présent » c’est la transcendance car l’espace de transcendance éternel, lui, est permanent , naturellement permanent.
Pratiquement « vouloir » vivre l’instant présent n’est pas possible car déjà la présence du verbe « vouloir » dénature la valeur profonde de ce qui existe déjà, à savoir l’éternité du moment qui n’est ni présent ni passé ni futur.
L’harmonie parfaite de la structure de la conscience ne peut être enfermé dans un instant de relatif. Etre dans le présent signifie être illimité et par conséquent sans présent. Le jeu du relatif est une impression que tout ce que nous vivons est une réalité parce que notre conscience est déconnectée de sa valeur d’éternité. Nous ne pouvons appréhender l’éternité de l’instant par le désir de l’égo.
Le relatif est le terrain d’expérience du connaissant, de celui qui souhaite être dans la connaissance parce que « la connaissance est structurée dans la conscience ». Nous expérimentons jour après jour des identifications pour mieux comprendre la relation entre la conscience et la matière. Cependant le jeu de relatif n’a pour but que de nous permettre d’être de façon permanente dans l’illimité. Justement de nous libérer de nos identifications au jeu de maya.
Chaque parcelle de vie est intrinsèquement éternelle, cela ne peut- être vécu par la volonté, le désir. Croire ou faire croire que tout est là ici et maintenant dans « l’instant présent » sans avoir établi les fondements de l’illimité c’est un peu mettre la charrue avant les bœufs. C’est se méprendre sur la réalité véritable de ce que devrait être le présent qui en réalité n’existe pas dans son essence.
Si cette perception de l’illimité était intégrée, la question de vivre dans le présent ne se poserait pas. Et elle ne se pose pas quand le transcendant est directement établi dans la conscience.
L’idée que le divin existe ici et maintenant et peut être vécu là tout de suite n’est pas fausse. Simplement elle ne peut être vécue en conscience sans être Soi-même conscient du transcendant. Faire croire que tout est là est un concept parmi d’autres concepts soutenus par un mental en mal d’expérience transcendantale, souhaitant peut-être bruler des étapes pour éviter de lâcher véritablement les identifications de l’égo au jeu du relatif, du jeu des expériences qui n’est pas toujours désagréable pour l’égo.
Le présent n’existant pas la vie peut être vécue dans sa valeur illimitée car la vie alors s’étend de l’infini à l’infini appréciant chaque moment de maya à sa juste valeur c’est-à-dire un modeste champ d’expérience permettant à l’illimité de s’exprimer sans restriction.
Et puis n’oublions pas, et voilà le grand changement de notre époque, la transcendance et la non-transcendance sont vérifiables par la science. Il suffit maintenant d’effectuer un electro-encéphalogramme , qui sont de plus en plus sophistiqués, pour voir comment très matériellement la transcendance est une valeur d’absolue structurée dans la physiologie.
Il est visible sur un graphe de voir combien le concept « vivre l’instant présent » est très loin de la réalité d’une conscience transcendantale. Cela pourrait presque clore le débat si il n’y avait ce désir de l’égo de vouloir subsister par tous les moyens par le débat intellectuel qui fait partie justement du limité de l’instant présent car il n’a pas perçu l’essence même de l’illimité de la conscience qui régit son existence.
Pour conclure ceux qui souhaitent vivre dans le moment présent, car nous le souhaitons tous puisqu’il n’existe que dans l’Absolu, ont tout à fait raison. L’erreur serait de faire croire que cela est facile et possible juste en l’annonçant dans un hautparleur.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy