Le compte de pénibilité ou comment Hollande se fait hara kiri

le 21/12/14

 

 

 

Depuis la nomination de Valls à Matignon et de Macron aux Finances, Hollande n'a de cesse  que de s'attribuer les bonnes grâces et la confiance du Medef ainsi que de tous les autres organisations syndicales d' entrepreneurs à travers tout le pays.  Tout d'abord un CICE plein de bonne volonté que presque personne ne comprend, un Pacte de responsabilité qui n'entrera pleinement en activité qu'en 2017 avec des phases de mise en route en 2015 et 2016. Et enfin la loi fourre tout de Mr Macron qui doit parait-il débrider les énergies. En résumer la boite à outils du parfait bricoleur du Dimanche.

 

Alors tout ça ,même si c'est très fouillis et manque singulièrement de cohérence , est sensé s'attirer les bonne grâces du patronat. La baisse des charges devraient entrainer des investissements et par conséquent des créations d'emplois la confiance en l'état social libéral visionnaire étant retrouvée....

 

Et patatras ,péché socialiste par excellence, on vient créer une loi dites progressiste ,totalement bureaucratique et régressive ajoutant au millefeuille administratif déjà ubuesque de la gestion d'une entreprise dans ce pays une usine à gaz hautement démotivante et provocatrice.

 

Cette loi ,petit bijou destructeur de confiance et d'espoir s'appelle la loi sur la pénibilité.

Il faut la lire pour le croire et être un vrai fonctionnaire technocrate et bureaucrate pour pondre un truc pareil! L'idéologie socialiste dans toute sa splendeur sans prendre en considération ou ne serait ce que ressentir  la réaction qui pointe déjà à l'horizon au sein de la majorité des chefs d'entreprise, appelant purement et simplement à la révolte ,et dans certains cas déjà à des actions de grève d'impôts. Il y a eu des manifestations. "Ce n'est qu'un début, continuons le combat" comme le proclameraient haut et fort d'autres syndicats de salariés!

 

Par conséquent on peut imaginer que nos entrepreneurs ne vont certainement pas commencer à embaucher si cela doit leur créer encore plus de tracasseries administratives et ralentir leur développement ou investissements.

 

C'est un harakiri majeur pour Hollande car tous ces efforts pour inciter les chefs d'entreprise à être plus entreprenants  et coopératifs ,  passent à la trappe. Il suffit de lire dans la presse et autres médias la réaction de la base des syndicats patronaux ,dépassant de loin en agressivité leur direction, demandant des actions pour demander l'abrogation pure et simplement  de cette loi. Gattaz fait figure de "bisounours" à côté!

 

Alors le gouvernement bien sur refusera de revenir en arrière sur ce qu'il considère comme une avancée sociale , provocant de ce fait un vote de défiance dans le monde de l'entreprise qui  se caractérisera ces prochains mois par des investissements et une relance du marché de l'emploi totalement atone. Cette loi va créer un divorce irrémédiable entre le monde de l'entreprise et ce gouvernement.

 

Valls aura beau faire les yeux doux au Medef, prônant son amour du business , le fil conducteur de la confiance  est  et sera bel et bien  brisé. Tout ce déploiement de communication n'aura servi à rien.

Ce n'est pas du catastrophisme, c'est un malheureux constat. Il suffit de parler ,de discuter, d'écouter le bzz dans le monde des affaires et de l'entreprise pour comprendre que la confiance nécessaire et absolument fondamentale pour toute reprise économique risque de ne jamais arriver à cause d'une loi régressive pour les entreprises de toutes dimensions. Elle n'est pas seulement régressive pour les entreprises mais aussi pour le monde du travail. Les demandeurs d'emploi auront encore beaucoup plus de difficultés à trouver un emploi stable. Dans certains secteurs on fera appelle à des travailleurs immigrés "non déclarés" pour éviter toute complication administrative. Des petites entreprises préfèreront probablement mettre la clef sous la porte plutôt que devenir des "fonctionnaires entrepreneurs" devant gérer les usines à gaz mises en en place par un état devenu irrationnel et tentaculaire. Le monde de l'entreprise risque de d'entrer dans un comportement de défiance, toutes négociations futures devenant de véritables calvaires pour aboutir à des avancées concrètes.

 

Ce gouvernement parle de "choc de simplification" pour créer finalement un "choc de complication " sans précédent pour les chefs d'entreprise.

Comme il le fait depuis 28 mois ,il reprend des deux mains ce qu'il donnait d'une seule main. Il ne comprend pas les priorités. Une loi "sociale" de ce type pourrait éventuellement être appliquée dans une économie florissante, avec une croissance généreuse, mais en cette période si difficile pour le monde de l'entreprise, quelle est cette logique dans la pensée de ce gouvernement?

Cette loi risque de tuer dans l'œuf tout espoir d'embryon de reprise. La confiance est la base de toute reprise économique, le gouvernement socialiste-social-libéral -fourre tout est en train de la tuer.

 

Alors François Hollande trouvera peut être une solution en créant une nouvelle commission, la 29ème ou la 30ème pour pondre une loi pour rendre la pénibilité moins pénible par une loi de la pénibilité sur la pénibilité pour mieux  comprendre la pénibilité de la logique "hollandiste" ,pseudo sociale libéral, peut être -social  socialiste ou en fait  à tout bien réfléchir nous ne savons plus trop quoi au juste.

 

 

 La seule véritable  "pénibilité " actuelle est que nous allons devoir supporter ce gouvernement 2 années supplémentaires!

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy