Recommandez cette page sur :

la mondialisation ou l'avènement de la démocratie participative

Parlons un peu mondialisation et de l'avènement inéluctable de la démocratie participative.

 

La mondialisation semble faire peur à beaucoup de nos compatriotes. Il est vrai que la seule chose que l'on entende principalement à son sujet concerne un des effets paraissant négatifs, celui des délocalisations d'entreprise et d'emplois vers des pays moins soucieux de droit social.

Mais la mondialisation c'est bien au-delà de cet épiphénomène  qui voit déjà aux Etats Unis un  rééquilibrage ou un certain  nombre d'entreprise rentre au pays se rendant compte que la qualification des salariés est bien meilleure qu'en Chine ou ailleurs, et aussi parce que le choix discutable car écologiquement dévastateur mais non moins réel de produire de l'énergie pas chère grâce au pétrole et gaz de schiste a permis aux entreprises américaines d'utiliser de l'énergie pas chère et donc de croitre plus vite à bon marché. L'économie de la mondialisation a plusieurs qualités propres à son existence, ce sont son infinie flexibilité et réactivité face aux évènements, ne se préoccupant plus  d'attendre les décisions de politiques totalement engoncé dans leur bureaucratie et il faut bien le dire d'arrogance d'élus sûr de leur fait.

La mondialisation c'est surtout une nouvelle donne dans l'ordre des choses car elle permet l'avènement de la prééminence de l'individu sur le collectif. Grâce à la technologie, aux communications rapides et instantanées, chacun peut maintenant témoigner, raconter ,comparer tout ce qui peut se passer à un point donné de la planète. Chacun peut avoir une influence directe sur le comportement d'hommes politiques, condamner les abus de pouvoir et les abus de biens sociaux, partager idées et photos , comparer les régimes de gouvernement. L'individu a accès  s'il le souhaite à toute forme de transparence car l'information est mondialisée.

La mondialisation c'est la civilisation de l'I phone donc de l'instantané. Celle de la communication ou plus rien ne peut être décidé ou caché bien longtemps. Nous le constatons tous les jours sur les réseaux sociaux ou on peut voir un jour un Président se trouver pris en flagrant délit de quasi adultère, l'autre  insultant un électeur mécontent. Ou bien des projets de construction décidé par des élus en catimini pensant que personne n'aurait l'audace d'aller vérifier le bien fondé d'une décision votée donc parait-il forcément juste. Sans parler de toutes ces pétitions internationales regroupant des millions de personnes pour contrecarrer des projets paraissant contraire aux besoins d'un pays ou d'un continent.

La mondialisation permet la remise en question de l'ordre qui était établi depuis presque toujours, secouant les fondements de la démocratie tel que nous l'avions expérimenté jusqu'à présent. L'individu devient l'arbitre vigilant des décisions prises par des élus qui se pensaient à l'abri de toutes critiques parce qu'élus.  La mondialisation c'est le véritable avènement de ce que nous pourrions appeler la démocratie participative ou chacun a un réel pouvoir de décision et d'opposition  face aux incohérences parfois inévitables des élus politiques.

La mondialisation a permis l'émancipation de peuples créant des chaines humaines de solidarité face aux abus de pouvoir de dictateurs ne pouvant plus contrôler efficacement la censure de l'information et le désir de liberté des individus.

Nous assistons à la prise de pouvoir réelle des individus montrant que c'est la conscience individuelle  qui fait évoluer la conscience collective et non pas l'inverse. L'état par la force des choses redevient ce qu'il n'aurait jamais du cesser d'être, un reflet de la diversité des consciences individuelles soutenant l'évolution du bien-être collectif. L'état repasse sous le contrôle des populations car il ne peut plus rien cacher, ne peut plus mentir, doit apprendre à se passer de privilèges ,doit respecter le droit des citoyens à remettre en question des décisions  paraissant incohérentes.

La mondialisation c'est aussi cette nouvelle donne concernant le pouvoir des entreprises et de leurs dirigeants. Les multinationales tout d'abord de par leur développement internationale, leur richesse peuvent influencer directement toute décision  politique. Les entrepreneurs sociaux par leur créativité remettent en cause certains fonctionnements bureaucratiques, les ONG pointent du doigt là ou ça peut faire mal les manquements à la démocratie ou bonne gestion d'un gouvernement, toutes ces données montrent que la réalité du pouvoir de l'état et des hommes politiques sont modifiés. Les rapports de force ont changé et vont changer en s'accélérant car il n'est plus question d'accepter sans ne rien dire tout abus de pouvoir aussi minimal puisse- t- il être. L'homme politique de la mondialisation doit accepter d'être remis en question de façon quasi permanente, de se remettre en question spontanément, d'accepter qu'une élection n'est plus un chèque en blanc pour faire n'importe quoi .

L'état n'est plus perçu comme étant forcément le garant des libertés ou de la bonne gestion. Au contraire car les citoyens constatent  l'impossibilité chronique des dirigeants à se mettre d'accord sur des thèmes aussi importants que le réchauffement climatiques, l'immigration ou l'éducation ou plus prosaiquement l'équilibre d'un budget!

 

Les citoyens peuvent constater et juger de nos jours de leurs propres yeux les incohérences de l'état et exiger des changements de comportements rapides sous peines de sanctions électorales sévères.

Cet état de fait transcende les clivages politiques traditionnels au nom de l'efficacité car les citoyens souhaitent  de l'efficacité ,de la solidarité, de la justice et ont les moyens de contrôler tout manquement à la parole. Les citoyens peuvent participer efficacement et directement à l'évolution positive de la société sans avoir à passer directement par des organismes gouvernementaux paraissant de plus en plus déconnectés des réalités du quotidien des citoyens. La conscience individuelle est le moteur de l'évolution c'est cela la révélation de la mondialisation, c'est la réalité que nous sommes tous interconnectés et pouvons agir ensemble et forcer nos dirigeants à sortir de leur tour d'ivoire pour finalement se transcender en acceptant de laisser leurs égos de côté pour le bien être commun.

 

Alors tout ça peut effrayer par peur de perdre une forme d'intégrité culturelle. Cette interconnexion permanente des cultures ou des esprits fait craindre à terme une perte d'identité culturelle. Ca pourrait être le cas si les états continuent à confondre unité et diversité avec uniformisation. L'Europe malheureusement donne cette impression de vouloir uniformiser les états et les cultures sans réfléchir à nos histoires si différentes. Et c'est vrai qu'il y a cette crainte légitime de perdre repères et références face à cette mondialisation. Il suffirait pour que celàà fonctionne proprement de voir les dirigeants prendre conscience des changements subtils mais réels qui s'opèrent dans les sociétés, qui ne demandent pas d'uniformisation, mais une réelle intégration  philosophique humaniste,  acceptant les diversités dans l'unité.

 

Le risque révélé de cette peur de perte d'identité  est cette montée du populisme et des partis d'extrêmes droite et de gauche. Ils  progressent car ils jouent sur cette peur. Habilement ils décrivent  un diktat d'uniformisation politique des instances internationales ou nationales , et il faut le constater c'est une analyse  qui n'est  fausse.

Ils essayent avec plus ou moins de succès de faire croire qu'un "état nationaliste" peut encore endiguer la marche inexorable de la primauté de la conscience individuelle sur un état tout puissant. Ils tentent de faire croire qu'il est possible de maintenir les fonctionnements conditionnés  du passé. Nous avons tous en nous un peu de peur, un peu de "dark side". Les extrémistes savent le révéler, presque le glorifier. Tout en restant vigilant, sans sombrer dans l'angélisme de bon aloi, on peut penser que leurs jours de gloire appartiennent déjà au passé.Les médias aiment se faire peur,et nous faire peur. Ca se vend mieux.

 

Maintenant ,peuvent t surgir  des excès  du à toutes nouvelles sociétés en gestation. C'est normal. Toute mutation génère des soubresauts. Mais la mondialisation c'est surtout l'avènement d'une nouvelle forme de démocratie redonnant aux individus le pouvoir. On pourrait presque dire une forme d'anarchie organisée et éclairée, totalement participative.

La mondialisation, dans un monde ou on parle de plus en plus d'agir en "pleine conscience" , ou le bien être individuel est de plus en plus perçu comme étant essentiel pour une évolution positive de la société, est une manifestation logique vers plus d'interaction entre les cultures. Le mot "mondialisation" est trompeur d'ailleurs. Ce mot  sous-entend une vaste entreprise collective ou tout se mélange sans discernement. C'est absolument le contraire. La mondialisation c'est la conscience individuelle en pleine mutation s'exprimant dans la conscience collective la faisant évoluée avec intelligence et créativité, pérennisant le droit à la diversité dans l'unité

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy