Recommandez cette page sur :

L'échec grec de l'europe grâce à hollande

 

 

On nous parle de succès pour Hollande avec cet accord possible sur la table entre la Grèce et l’Union Européenne. Hollande a été le coach de Tsipras pour sauver ce qui restait à sauver au détriment des contribuables européens.

Est-ce réellement un succès de maintenir un pays dans la zone euro en lâchant près de 60 milliards d’euros supplémentaires à un pays qui ne se réforme pas ?

Le problème ici n’est pas uniquement l’argent. Avant de débourser ces milliards sur le dos des contribuables  il aurait été judicieux de demander au Premier Ministre grec un plan de réforme de l’état  lui demandant explicitement non pas seulement des augmentations d’impôts ou recettes diverses mais surtout et avant tout la mise en chantier d’une réforme profonde des structures étatiques.

Décréter que l’on va augmenter les recettes, privatiser, geler les salaires sans aucun moyen de contrôle donne cette terrible impression que nous allons tous replonger d’ici quelques mois pour une crise majeure qui cette fois-ci sera inéluctable dans sa conclusion à savoir non seulement un «grexit » mais aussi une crise politique majeure au sein de l’UE entre les pros et cons de la Grèce.

Hollande a joué de la peur sur une soi-disant crise économique ou politique pour l’Union en cas de sortie de l’euro de la Grèce. Les allemands, les finlandais, les hollandais, tous ces pays du nord n’ont pas peur de faire sortir la Grèce de l’euro car eux ils ont fait ce qu’il fallait pour relancer leur économie sur la durée sans faire de clientélisme à deux sous.

Ceci est un mensonge, car la sortie de la Grèce était déjà actée par les marchés financiers, chacun ayant déjà jugé à sa juste valeur la quantité négligeable qu’est la Grèce dans le PNB mondial, à savoir 0,5%.

Monsieur Hollande semble savourer une victoire. Il a peut-être enfoncé un coin supplémentaire dans la confiance qu’ont les français envers une union européenne qui ne sait pas se couper un bras et se réformer elle aussi lorsqu’à l’évidence un système ne fonctionne plus.

La solution très socialiste de faire tourner la planche à billets pour financer les déficits va tourner à plein pour renflouer les caisses de l’état grec. L’Europe sous la mauvaise influence de la France va lâcher des milliards d’euros sans demander des contreparties fondamentales.

Cette « union européenne » là est une union de technocrates apeurés en manque de créativité. Cette crise aurait pu être une occasion de remettre à plat tout un système qui ne marche plus, recréer la confiance des citoyens envers cette idée d’une unité dans la diversité est souhaitable mais pas à n’importe quel prix.

Hollande symbole de la synthèse flasque continue son petit bonhomme de chemin, coachant le Premier Ministre grec alors que lui-même, Président de la République des socialistes et non pas de tous les français montre un peu plus chaque jour l’échec de son quinquennat.

Espérons que Madame Merkel exige un plan concret écrit de réformes de l’état grec autrement ces 60 milliards vont partir en fumée aussi vite qu’ils auront été versés.Tous ces longs mois de négociation pour en arriver là ? Cette union européenne telle qu’elle nous est imposée en vaut-elle vraiment le coup ? La question se pose de plus en plus.

Celle-ci semble être en manque de leadership.

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Chauvancy